Sommaire

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6

L'aventure inattendue 3
Démolécularisation simple

Paru dans la FdC 26 (avril 1991)

La capitale plongée dans les ténèbres de la nuit brillait de mille feux, des larges baies vitrées de son labo, John contemplait ce spectacle dont il ne se lassait pas. Les arbres du campus exhalaient leur parfum de chlorophylle et le bruit des véhicules automobiles n'était plus qu'un léger souffle dans le vent frais du soir. John se sentit libre, et si loin de toutes ses préoccupations. Il avertit Ursula de son départ, prit son translateur en main et se dirigea vers la sortie. L'éclairage coupé, il ne vit pas un câble électrique barrant sa route. Tombant droit vers la porte, il tendit instinctivement ses deux mains pour se protéger, dans l'une d'elles, le boîtier noir dont il était l'auteur. Un léger choc, un bruit de brisure. Il se retrouva de l'autre côté de la porte sans avoir été commotionné par sa chute. John se retourna, la porte était toujours fermée et intacte.

Il se leva en douceur et allait ouvrir la porte, mais son bras passa au travers. il s'avança et traversa à nouveau la porte, il n'y avait plus aucun doute, il ne pouvait plus entrer en contact avec les objets réels, il était devenu immatériel. Etait-il devenu un fantôme? Ou... Alors... John regarda le boîtier noir que sa main tenait encore. S'était-il déclenché? il était intact mais John l'était moins, complètement démolécularisé par les klystrons, le générateur électromagnétique ne s'était pas déclenché. Décidément, la technologie des translateurs spatio-temporels était encore loin d'être au point, les accidents étaient trop nombreux et il en faisait toujours les frais. Heureusement, l'esprit pratique de John lui avait toujours permis de s'en sortir de justesse. Cette fois-ci, la marge de réussite lui apparaissait nettement inférieure à celle de ses précédents avatars. John sortit dans le couloir dans l'espoir de trouver quelqu'un pour l'aider, il ne pouvait plus utiliser l'ascenseur, c'est donc perdu dans ses pensées qu'il se dirigea vers les escaliers. Soudain John ressentit une sensation désagréable, alors qu'il venait de s'engager dans les premières marches. il regarda sous lui: il était dans le vide, toujours au niveau de l'étage et l'escalier un peu plus bas.

Démolécularisé et en apesanteur, John était dans de beaux draps. C'est alors qu'il se mit à penser qu'il voulait descendre, et l'incroyable se produisit, il descendit en douceur, il pensa alors à suivre l'escalier et son corps tout entier se déplaça sans effort dans la direction à laquelle il avait pensé. C'était fantastique! Une fois dans le couloir de l'étage inférieur, John s'assit confortablement dans le vide et pensa à traverser le couloir à vitesse maximum. il était déja à l'autre extrémité du couloir, le translateur répondait exactement à ses pensées, mais John était démolécularisé. L'attrait de la découverte scientifique était néanmoins plus fort que tout et la joie dominait dans son esprit. La tentative suivante fût encore plus excitante, en ayant simplement pensé à Ursula, il se retrouva dans le salon de son pavillon, juste derrière Ursula qui lisait un livre, confortablement assise dans le grand canapé. Il voulût la surprendre et ouvrit la bouche pour lui parler, rien n'en sortit! Normal, s'il n'était plus matériel, il ne pouvait plus agir sur la pression de l'air avec ses cordes vocales. John fit alors le tour du canapé pour qu'Ursula le voie. Elle ne faisait pas attention à lui. Au bout d'un moment, elle referma son livre et se dirigea vers la cuisine sans remarquer John. Ce dernier fût pris d'une effroyable appréhension, il se rua vers un miroir mais ne s'y vit pas.

Toujours parfaitement en vie mais réduit à l'état de fantôme, il se demandait quelle serait son espérance de vie ainsi, s'il n'y avait pas pour lui un risque en passant trop près d'un fort champ électrique ou s'il pourrait voir quelqu'un dans la même situation. Les pensées fusaient dans son cerveau, mais pas la moindre idée pour regagner l'univers réel. A défaut, il pouvait en profiter pour explorer les nouvelles possibilités de ce mode de fonctionnement inattendu et merveilleux. La commande mentale: depuis le début de l'ère de l'électronique, tous les chercheurs en rêvaient, de nombreux projets avaient vu le jour, aucun n'avait abouti. Certains n'étaient même pas arrivés au stade expérimental, ceux-ci nécessitant une lobotomie du sujet. Les rares réalisations avaient toujours abouti à de lamentables échecs, les plus optimistes qualifiaient de bond en avant de la science la commande en tout ou rien d'un circuit au moyen d'un encéphaloscope, soit plusieurs mètres cubes de matériel pour le fonctionnement erratique d'une simple ampoule. Tous ces efforts pour rien. John en revanche, bien malgré lui, et par hasard, y était parvenu avec une remarquable précision.

Grâce à sa merveilleuse invention, John s'offrait un magnifique voyage depuis quelques heures. Il avait déja fait plusieurs fois le tour de la terre et visité nombre de lieux auxquels il avait rêvé des années durant. il avait vu Disney World, les pyramides Aztèques, l'opéra de Sydney, la grande muraille de Chine, le Tadj-Mahal, l'île de Paques. Tous ces lieux dont la simple évocation éveillait en lui des montagnes d'émerveillement: il les voyait autrement qu'en vidéo. il se sentait heureux, il savait qu'il pouvait voyager ainsi sur les planètes du système solaire -Pas plus loin car il savait qu'il n'allait qu'à la vitesse de la lumière-. Tout ceci était fantastique, merveilleux même, il se serait bien pincé pour voir s'il ne rêvait pas, mais étant immatériel, il ne le pouvait pas. Pour lui, tout était possible, c'était trop beau... Soudain, il pensa à Ursula, la femme de sa vie, celle pour qui il avait défié le temps. Sa tendre épouse ne le reverrait plus jamais, elle qui était si douce, si belle, mais aussi si fragile, n'allait elle pas se suicider à nouveau pour l'oublier, lui qui avait disparu ce soir entre son labo et sa maison. John y pensa si fort, il se retrouva dans son salon immédiatement. Ursula était assise dans le canapé, fixant le visiophone d'un rictus angoissé, des larmes coulaient tristement sur ses douces joues roses. John était malheureux, tout ceci était de sa faute, il n'aurait jamais dû construire ce ridicule appareil -il se rendit compte immédiatement qu'il venait de dire une bêtise-.

Situation intenable. S'il avait eu son intégrité physique, il aurait pu oublier la perte d'Ursula dans l'alcool et attendre la fin avec douleur. Mais ici tout était différent, combien de temps allait-il vivre ainsi, il pourrait certainement voir Ursula dépérir devant lui sans pouvoir la consoler. Ce sentiment d'impuissance intrinsèque le révoltait, mais il n'y pouvait rien. Paradoxalement, il se rendait compte que son appareil lui donnait des pouvoirs quasi illimités. Mais ce "quasi" était sa faille, il restait un problème de taille qu'il lui fallait surmonter s'il voulait vivre à nouveau avec Ursula. La pire épreuve de John. C'était trop, cet exceptionnel appareil était doté de capacités de réponse mentale hors du commun, mais il ne pouvait pas rejoindre sa femme. C'est alors qu'il eut l'étincelle, il comprit quelle était la seule façon simple d'arrêter cet enfer. Stop! John fit une chute d'au moins un mètre et tomba sur le coude et les fesses. il avait fort mal, mais était aussi incroyablement heureux.

Ursula sursauta, poussa un cri, puis le voyant allongé son visage s'illumina, ses larmes séchèrent et elle se pencha sur John pour le soigner, tandis que celui-ci lui expliquait son périple. Elle comprit tout ce qui s'était passé très vite, elle n'était pas prof de mathématiques calculatoires pour rien. John se dit que finalement ce translateur spatio-temporel était réellement une merveille, mais l'idée de s'en servir ne l'effleurerait plus, il laisserait ses collaborateurs travailler sur l'interface psychique. Lui se tournerait à nouveau vers de nouveaux travaux théoriques qu'il espérait calmes et reposants. John eut une dernière idée au sujet du translateur: pourquoi n'avait-il pas pensé à aller chez Robert tant qu'il était en commande mentale, il aurait enfin su où habitait ce vieux requin.

Sommaire

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6