Sommaire

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6

L'aventure inattendue 5
Rêve

Paru dans la FdC 28 (novembre 1991)

Pour la première fois depuis plusieurs semaines, John était le cobaye d'une de ses expériences. Cependant, pour la première fois aussi depuis plusieurs semaines, il contrôlait parfaitement la situation, tout était sans danger.

L'espace l'entourant était d'un noir opaque, il ne pouvait même pas entrevoir le sol. Ceci aurait dû naturellement générer en lui une sensation d'angoisse et de claustrophobie, comme en tout être humain, mais il n'en était rien. Totalement calme, il errait dans cet univers. Voyant soudain apparaître un point lumineux à l'horizon, il se dirigea vers celui-ci, le point grossissait, il s'agissait d'une sphère lumineuse d'environ cinq mètres de diamètre. Le ciel commençait à s'éclaircir, joliment coloré en vert pâle. Le sol était bleu et la mer orange, l'herbe violette et les arbres cyans, quelques corrections seraient à effectuer au niveau des couleurs. Ce premier essai était concluant, John était satisfait du travail de son équipe, une pensée fugitive traversa son esprit et la déconnexion eut lieu. Le rêve avait cessé, il se retrouvait allongé sur une couchette sous les lumières diffuses du labo. Ses assistants, les yeux rivés aux écrans de contrôle venaient de remarquer son réveil. Il mit pied à terre, son voyage s'achevait, mais il comptait bien le reprendre plus tard...

Ursula l'attendait sur le campus désert, ils avaient terminé leur travail très tard tous les deux ce soir. Cette soirée de printemps était réellement délicieuse, pourtant tout l'après-midi des précipitations s'étaient abattues sur la capitale, cela n'avait cessé qu'une heure auparavant. La terre était humide et les arbres s'agitaient dans le vent frais du soir. John et Ursula se dirigeaient vers leur véhicule personnel. Dans une voiture proche, une silhouette sournoise préparait un odieux complot. John allait démarrer la voiture mais soudain une sensation inconnue le saisit, il quitta précipitamment l'automobile en entraînant Ursula avec lui, s'aplatissant instinctivement à terre à plusieurs mètres du véhicule. Il était temps, ce dernier explosa une fraction de seconde plus tard. Ursula et lui étaient saufs, mais ils s'éloignèrent encore un peu par sécurité. Bien leur en prit, un homme habillé en sombre faisait le tour des débris fumants tout en râlant, un fusil à pompe à la main. Il les avait donc retrouvés, quelle haine tenace pouvait bien animer cet être maléfique pour qu'il veuille encore les supprimer. John pensait bien qu'il avait quelques problèmes mentaux, mais pas au point de commettre de tels actes sur la voie publique.

Cachés parmi les véhicules stationnés sur le parking de la fac, Ursula et John se faufilaient en direction du laboratoire de ce dernier, là au moins on ne viendrait pas les attaquer. Il se faisait tard et rares étaient les voitures encore stationnées, passer inaperçu aux yeux de l'homme au fusil à pompe n'était pas évident. Finalement, ils gagnèrent une des nombreuses issues de la fac et disparurent silencieusement parmi les couloirs déserts. Ils ne pouvaient pas retourner chez eux, il connaissait sûrement leur adresse, et leur avait vraisemblablement préparé une surprise digne de celle qu'ils venaient de subir. Quelques étages plus haut, ils étaient à présent dans le couloir où John effectuait ses travaux, la porte de son labo était fermée, cela faisait plus de trois quarts d'heure qu'il l'avait quitté. Il composa le code sur le clavier et glissa la clé électronique dans son logement, la porte blindée s'ouvrit. John et Ursula pénétrèrent dans la grande pièce glaciale qui servait de cadre à toutes ses expériences.

Soudain, saisi d'une terrible appréhension, il referma la porte et enclencha le circuit vidéo. L'adresse du labo n'était pas inconnue du meurtrier, il allait être sur les lieux d'un instant à l'autre, peut-être avec quelques kilos d'un explosif qui aurait tôt fait d'éliminer la porte blindée. John se décida, ceci était une affaire entre eux deux, Ursula ne devait pas être impliquée. Trop fragile psychiquement, elle n'avait aucune responsabilité dans cette affaire et John craignait trop pour elle, il devait la protéger à tout prix. Il allait donc la ramener chez sa mère immédiatement, son translateur spatio-temporel allait encore servir, ils se serrèrent fort l'un contre l'autre et John actionna l'appareil. La sensation de déchirure habituelle précéda l'arrivée en pleine campagne sous un ciel magnifiquement étoilé. Ursula reconnut immédiatement les lieux et deux minutes plus tard ils étaient à l'entrée du bâtiment, malgré son désir d'en finir au plus vite avec ses problèmes, John ne pût abréger sa visite impromptue chez sa belle-mère. Vingt minutes plus tard, il était à nouveau sur le perron prêt à repartir pour la fac, mais au moment d'appuyer sur le bouton, la même sensation inconnue que dans la voiture le saisit. Presque hypnotiquement il composa une nouvelle destination et pressa le bouton.

Il se retrouva à quelques dizaines de mètres de son labo, caché par une colonne, il pouvait d'où il était en observer l'entrée. Son ennemi était devant la porte, scrutant la serrure et jaugeant le blindage, son attention portée à son maximum dans l'espoir de percevoir un signe d'activité dans le labo. John avait bien fait de changer sa destination, mais il se demandait ce qui l'avait fait changer d'avis. Il s'agissait probablement de cette curieuse sensation inconnue qu'il venait déjà de ressentir deux fois. Une violente explosion venait de secouer l'ensemble du couloir, égaré dans ses pensées, John n'avait pas vu l'homme placer une charge explosive devant la porte. A l'instant suivant, l'individu lança une grenade à fragmentation dans la pièce. John profita de cette seconde explosion pour quitter le couloir. Cette curieuse sensation l'avait deux fois sauvé d'une mort certaine, mais d'où lui venait cette intuition subite? Fou furieux, l'homme détruisait tout le labo à coups de fusil à pompe, d'où il était John assistait impuissant à ce massacre, des mois de travail allaient disparaître, heureusement que les plans étaient à l'abri. Soudain une violente douleur à la tête s'empara de lui, il s'évanouit au milieu du chemin.

Il se réveilla un canon glacé contre la gorge. Robert l'avait retrouvé et comptait bien ne pas le laisser filer comme la dernière fois. La peur de ce dernier que John dénonce le commissaire Brugerts et le légiste était tellement grande qu'il avait décidé de les éliminer, ainsi que John et Ursula. John se demandait à présent comment ils avaient pu être amis autrefois, Robert était bel et bien dérangé, il faudrait l'interner. Néanmoins, le plus urgent pour John était de survivre, l'appât du gain serait-il le plus fort chez Robert? Il lui proposa une forte somme d'argent, l'effet escompté ne se fit pas attendre, l'attention de son ennemi se relâcha et John lui décocha subitement un direct dans le visage. Pendant que Robert reprenait ses esprits dans le couloir, John s'était enfermé dans une pièce intacte de son labo, où il se mit à bricoler à la hâte la solution de ses problèmes. La porte tint juste le temps nécessaire pour tout remonter, déjà Robert pénétrait dans la pièce, écumant de rage, il allait cette fois-ci éliminer John pour de bon. Ce dernier triomphant, lui présenta dans sa main droite le translateur, il allait à nouveau disparaître aux yeux de Robert, mais ce dernier fût le plus prompt et lui arracha l'appareil des mains. Sans translateur, John était perdu, il serait tué à coup sûr et cette fois-ci, sans aucun espoir de fuite, mais il n'avait pas encore abattu sa dernière carte. Son bricolage fonctionnerait-il? John actionna le boîtier qu'il tenait dans la main gauche et Robert disparût.

A l'insu de Robert, enfermé dans la pièce intacte du labo, John avait raccordé une télécommande en parallèle avec le bouton de départ du translateur, c'est donc lui qui avait envoyé Robert ailleurs. Ce dernier était actuellement enfermé dans un local technique proche, dans le noir le plus complet, il cherchait la sortie sans succès. Vingt minutes plus tard, la police était sur les lieux, emmenant Robert, qui ne serait pas prêt de sortir de prison. A l'instant même, John se rendit compte que Josiane était à nouveau sa femme, il se retrouvait donc dans un cas litigieux. Néanmoins, il se sentait bien plus en sécurité avec Robert à l'abri, quoique étant victime, mais aussi instigateur de l'odieuse machination d'il y a cinq ans, John n'était pas complètement serein. Si Robert en parlait, John se retrouverait lui aussi dans une situation de coupable, car bien que manipulé, il était néanmoins responsable de ses actions et son comportement pour se débarrasser de Josiane avait été réellement monstrueux.

John jeta alors un regard dégoûté sur ce qui restait de son labo, tout avait été massacré, éventré et détruit, y compris la superbe machine à rêver, qu'il avait essayé pour la première fois il n'y avait pas deux heures. Avec tristesse il effleura le pupitre de contrôle, il avait peu souffert et les racks de commande étaient intacts, seule l'alimentation avait disjoncté. Distraitement il rétablit le courant. La même douleur violente que lors de son évanouissement, le prit à nouveau à la tête. Il s'écroula dans un fauteuil, mais resta conscient. Un doute s'emparait de lui, il entra quelques données sur le pupitre, puis valida. Il se retrouva aussitôt dans le monde virtuel qu'il avait déjà visité il y a quelques heures. Il se rappela soudain qu'il n'avait pas prévenu Ursula, celle-ci devait être morte d'inquiétude, il la vit alors comme si elle était devant lui, elle était assise sur le bord du lit dans sa chambre, chez sa mère, le regard vide et dirigé vers le sol. Il lui fallait immédiatement vérifier ses doutes, John se déconnecta, se saisit du translateur et programma sa destination. Il se retrouva à quelques pas du perron. Grâce à un petit bond supplémentaire, il se retrouva dans la chambre où était Ursula, celle-ci réconfortée de revoir son mari vivant retrouva son sourire, ils quittèrent sa mère à nouveau quelques minutes plus tard et revinrent à la fac.

Ursula et John restèrent longtemps au labo pour étudier la machine à rêver, celle-ci ne servait pas seulement à projeter le conscient dans des univers virtuels, mais elle permettait également de se déplacer dans l'univers réel. Tout ceci sans devoir se placer l'interface encéphalique à nouveau sur sa tête, car John était désormais en contact permanent avec la machine. Soudain il se rendit compte que la sensation inconnue, qui lui avait sauvé la vie deux fois ce soir, était aussi due à la machine à rêver. C'était elle qui, par l'intermédiaire de son inconscient l'avait prévenu du danger. Il s'en était encore sorti à bon compte, tirant parti des défauts de ses inventions pour s'en sortir mais cette fois-ci tout n'avait pas été complètement volontaire.

Il lui restait encore à s'occuper de Robert à tout prix, ce dernier devant oublier tout ce qui s'était passé, si John voulait pouvoir éviter que Josiane ne vienne perturber sa vie heureuse.

Sommaire

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6