Sommaire

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6

L'aventure inattendue 6
Ultime contact

Paru dans la FdC 29 (avril 1992)

S'il est un sujet de réflexion sur lequel on disserte de nombreuses fois dans sa vie, c'est bien celui de la limite de l'être humain. La comparaison avec l'immensité de l'univers n'en étant que plus déprimante, qui n'a jamais regardé les étoiles un soir en songeant aux distances nous séparant d'elles et au temps de propagation incroyable de leurs rayons lumineux. Les limites, chacun s'en fait une idée propre qui est fonction de ses capacités personnelles, progresser un peu plus loin dans ce domaine est un plaisir rare et très intense émotionnellement. John, en cette soirée, venait d'atteindre des sommets qui avaient repoussé bien loin ses limites, au delà de ce que tout homme ait déjà atteint auparavant. Il se sentait incroyablement puissant, mais cette découverte était aussi la plus dangereuse qui soit pour l'ensemble de l'humanité. Si elle tombait entre des mains malfaisantes, la fin de la vie sur terre pourrait fort bien être proche.

Dès que Robert fût parti en prison, John s'inquiéta pour sa tranquillité. En effet, si Robert avouait cette mascarade, il compromettait John mais il s'enfoncerait également un peu plus. Au point où il en était ce n'était pas grave, mais il y avait Josiane qui l'empêchait de tout dire. Elle attendait un enfant et il ne voulait pas que celui-ci naisse en prison. Josiane serait arrêtée pour complicité, peut-être ne serait-ce qu'une peine avec sursis mais Robert ne voulait pas courir le risque d'un jugement plus grave. Au fond de son esprit dérangé, il subsistait encore des soupçons d'humanité et d'amour, ceux-ci étaient entièrement dévolus à Josiane. John n'en était pas sûr et il lui fallait donc à tout prix éliminer ses problèmes avec Robert, contrairement à ce dernier il avait préféré une solution douce. Cela aurait dû prendre du temps de trouver la solution, mais une de ses équipes de recherche avait terminé de mettre au point un appareil, fruit d'une des mésaventures de John. C'est l'essai qu'il en avait fait la semaine précédente qui avait motivé son action envers Robert.

Le boîtier était dans sa main, un autre boîtier semblable à celui du translateur, mais ici les fonctions étaient légèrement différentes, il les avaient découvertes par hasard quelques semaines auparavant. Depuis lors, l'équipe s'était acharnée à recréer le phénomène que John avait provoqué involontairement. L'appareil avait été testé plusieurs fois par l'équipe, c'était maintenant au tour de John de l'essayer. Il appuya sur le bouton, immédiatement il disparût de la pièce où il était. Il était cependant encore présent psychiquement, seule son enveloppe corporelle avait disparu, démolécularisé temporairement par le flux de micro-ondes qui l'enveloppait. Il pouvait à nouveau comme par le passé se déplacer dans l'espace simplement en pensant à la direction à pendre, il pouvait aussi traverser les murs et voler dans le ciel tel un oiseau. L'essentiel étant de ne pas chercher à se déconnecter en plein air ou au passage d'une paroi de béton, le démolécularisateur était doté de dispositifs de sécurité mais personne n'aurait voulu courir le risque de les mettre à l'épreuve.

C'est en repensant brièvement à tout ceci, que John mit en route le démolécularisateur qu'il tenait entre ses mains. Il se retrouva face à Robert après un bref délai. Celui-ci ne pouvait le voir, démolécularisé, tout le contenu du flux de micro-ondes devenait invisible. Il pouvait se déplacer autour de lui, le voir sous tous ses angles. Il était possible de piéger ainsi n'importe qui dans les situations les plus indiscrètes, mais John n'y tenait guère. Il repensa alors à son plan. Robert compromettrait l'avenir de Josiane en révélant la façon dont cette dernière s'était séparée de John autrefois. Il restait donc à ce dernier à convaincre Robert de cesser ses activités hostiles envers Ursula et lui, en échange il retirerait sa plainte. Il restait encore à convaincre Robert de bien vouloir coopérer, et surtout être certain que celui-ci ne chercherait plus à récidiver ensuite. Heureusement, le démolécularisateur lui offrait la possibilité de résoudre simplement ce problème, ainsi que celle de faciliter les formalités administratives pour ensuite libérer promptement Robert.

Lors de l'expérience menée avec ses assistants, John était déjà démolécularisé depuis quelques minutes lorsqu'il lui vint une idée subite. Il avait déjà de nombreuses fois traversé des murs, cela produisait toujours un léger et délicieux chatouillement au sein du corps. Traverser un corps vivant tel celui d'un être humain produirait-il une sensation différente? Une sensation cotonneuse le traversa lors du contact, à observer son comportement, la personne qu'il avait choisi ne ressentait rien. John revint donc en contact et se plaça en coïncidence avec le corps de son assistant. C'est alors une sensation unique qui parcourût le cerveau de John. Il ressortit de l'enveloppe physique et se déconnecta. Voyant l'expression de stupeur de son assistant, il comprit que cette fois-ci, il avait ressenti quelque chose. Malgré son air d'hébétude total, le stagiaire ne pût s'empêcher de bégayer:"Je suis convaincu que vous avez trouvé une application inattendue du démolécularisateur","En effet..." répondit John, le reste de sa phrase resta bloqué au bloqué au fond de sa gorge, il venait en un instant de comprendre ce qu'il n'avait pu ressentir lors de l'expérience. Il se rendit compte à quel point son usage était extrêmement dangereux s'il se trouvait manipulé par des personnes sans scrupules.

Dans la prison, John s'était rapproché de Robert, ce dernier ignorant totalement la présence de celui qu'il haïssait. Le corps éthéral du premier et l'enveloppe physique du second ne faisaient plus qu'un. C'est à ce moment là, exclusivement là, que John avait l'extrême sensation de se sentir l'être le plus puissant sur terre, ses pouvoirs en ces conditions étant proches du maximum absolu. Il avait songé constamment ces derniers jours qu'un tel usage de puissance ne pouvait être effectué sans une extrême sagesse. Or il se demandait aussi s'il possédait celle ci, le traitement qu'il allait infliger à Robert n'était pas dénué de risques psychologiques pour ce dernier. Avait-il suffisamment de sagesse pour employer cette découverte exclusivement à bon escient? L'usage qu'il en faisait actuellement était nettement teinté d'égoïsme, son action n'était destinée qu'au bien d'Ursula et de lui-même. Il devait maintenant se calmer s'il voulait que cela réussisse. Il avait réfléchi longtemps à la manière de rendre à Robert son état normal, les solutions n'étaient guère nombreuses et une erreur dans l'application de ses pensées pourrait fort pousser Robert dans un état plus grave qu'actuellement.

Après Robert, si tout s'était bien passé, il lui resterait encore à simplifier les procédures de libération. En effet, une fois qu'il serait devenu normal à l'égard de John, ce dernier n'aurait aucune raison de le laisser croupir en prison. Il lui resterait encore à s'occuper de Josiane mais les corrections étaient minimes, cette dernière n'en étant pas encore au point de son mari. Elle avait d'ailleurs depuis quelque temps préféré retourner chez sa mère, pour éviter que le caractère de plus en plus haineux de Robert se porte contre elle. Mais se retrouvant ainsi seul, cette haine alla grandissante, jusqu'au point de commettre un attentat envers John et sa femme. Tout cela John l'avait compris la veille, quand il s'était démolécularisé pour visiter Robert en prison. Le plus dur était à faire mais ce n'était guère long. En l'espace de quelques dizaines de secondes, il imposa ses idées à Robert. Ce dernier dût les accepter malgré lui, de toute façon il ne lui était pas possible de faire autrement. Ce changement s'était opéré sans douleur et surtout sans que l'intéressé s'en rende compte.

Un mois s'était écoulé depuis le reconditionnement de Robert. Il avait dû aussi s'occuper de quelques fonctionnaires ainsi que du commissaire Brugerts et du médecin légiste. Ces deux derniers avaient tout oublié de ce qui s'était passé autrefois. John avait ainsi définitivement brouillé les pistes et Robert était libéré et ne pensait plus à lui. Il était donc satisfait de lui, ayant réussi à tout concilier dans le meilleur compromis possible. Il lui restait à décider de ce qu'il allait faire du boîtier. Il pourrait y ajouter le dispositif de contrôle du coefficient temporel mis au point par sa femme. Mais ce serait surtout pour le plaisir, il souhaitait ne plus jamais avoir à se servir du translateur. Et surtout que personne ne s'en serve jamais, il faudrait l'enfermer lui et ses plans dans un coffre ou alors les détruire tous les deux. Ce modeste appareil de la taille d'un livre de poche pouvant offrir à celui qui le souhaite la maîtrise du monde. S'il tombait entre de mauvaises mains, ce serait la catastrophe. La possibilité d'effectuer une connexion psychique avec un autre individu à l'aide du démolécularisateur étant sans conteste fort dangereuse, car il est ainsi possible de lire dans les pensées de n'importe qui ou de lui imposer sa volonté.

Non, John ne se sentait pas l'âme d'un maître du monde, tout au plus aspirait-il à un peu plus de bonheur sur terre. Mais après tout son invention utilisée à bon escient n'était-elle pas le meilleur moyen d'y parvenir?

Sommaire

Episode 1
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5
Episode 6